Pour me contacter:

Email: Info@levrierdelazawakh.fr

 

La reproduction du lévrier d'Azawakh

La reproduction, et par voie de conséquence, l'élevage, ne serait-ce que d'une seule portée, est une responsabilité importante qu'un propriétaire ne doit prendre qu'en connaissance de cause.

L'élevage ne se justifie qu'à condition de produire des chiots de qualité au moins égale à celle des géniteurs et de mener ces chiots jusqu'à l'âge du sevrage puis, de les confier à titre gracieux ou onéreux à des maîtres capables eux-mêmes de s'en occuper correctement.

Ce programme sous-entend que les géniteurs soient eux-mêmes porteurs de suffisamment de qualités pour faire partie sinon des fleurons de la race, tout au moins du peloton de tête et ne présentent pas de défauts (d'apparition parfois tardive, ainsi qu'il en est pour certaines anomalies génétiques qui ne se manifestent qu'au cours de la vie du chien) dont la transmission serait un mauvais service à rendre à la race que l'on se propose de perpétuer.

Il n'est d'ailleurs pas nécessaire ni souhaitable que tout propriétaire de chien s'adonne à l'élevage, même occasionnel néanmoins, la possession d'un beau sujet, l'émulation, ressentie en exposition canine ou, tout du moins, les compliments reçus lors de la confirmation de son chien peuvent pousser un propriétaire, pour des raisons diverses, à " faire faire une portée " à sa chienne. Et puis, on ne sait jamais, pris au jeu, flatté des résultats obtenus, peut-être poursuivra-t-il cette activité qui, bien conduite, peut être source de bien des satisfactions.

Dès l'abord du sujet de la reproduction, soulignons-le fait suivant : croire que l'acte de la reproduction est indispensable à la santé de la chienne et que son absence crée des perturbations psychologiques chez le mâle, est seulement une fable qui fait encore bien des victimes, tant parmi les maître que parmi les chiots.

En ce qui concerne le mâle, son comportement sexuel étant instinctif, et à prédominance olfactive, ce n'est pas la fréquentation occasionnelle d'une chienne qui le calmera : il suffit d'observer les chiens vivant avec une ou plusieurs chiennes en chaleur pour comprendre que la consommation de son désir ne calmera nullement son appétit avant la fin des chaleurs de sa compagne...! Alors, à quoi bon quémander le soi-disant soulagement de ce chien auprès du propriétaire d'une chienne occasionnelle, lequel propriétaire le plus souvent n'est pas disposé à faire assumer à sa chienne une gestation, une lactation, et à supporter l'élevage d'une portée pour le plaisir d'un chien et la satisfaction de son maître! Cette croyance est à ce point répandue que la plupart des vétérinaires ont été au moins une fois questionnés pour sa- voir s'il n'existait pas dans ce domaine d'établissements spéciaux...

En ce qui concerne la chienne, il est évident qu'une gestation intervenant au début de l'âge adulte (lequel est variable avec la race, avec l'individu, et ne correspond pas à la fin de la croissance staturale, mais plutôt au terme de la croissance pondérale normale) peut " finir " une chienne et lui donner son épanouissement complet.

Mais, contrairement à ce qui a été prétendu jusqu'à ces dernières années, la fréquence des tumeurs mammaires, des métrites, des tumeurs internes ou ovariennes, n'est nulle ment diminuée à la suite d'une gestation, pas plus que les lactations nerveuses ou les gestations imaginaires ne sont supprimées.

Les statistiques actuelles, qui n'existaient pas lorsque cette théorie était prônée, sont formelles à ce sujet. L'étiologie de ces affections, pour une part héréditaire, fait ressortir un déséquilibre hormonal qui prend toute son importance et se trouve en quelque sorte exacerbé lors de conditions psychologiques d'entretien par trop maternalistes qui tiennent principalement au caractère des maîtres. C'est ainsi que tout vétérinaire a pu observer en 20-25 ans d'exercice, que les chiennes successives d'un même maître font toutes des lactations nerveuses ou des gestations imaginaires, de même qu’un autre aura toujours un chien peureux, ou agressif et ce quelle qu'en soit la race.

C'est donc en toute connaissance de cause que le propriétaire devra faire reproduire sa chienne : une connaissance parfaite du standard de la race, de solides notions de génétique élémentaire, des connaissances précises d'anatomie et physiologie sexuelle sont nécessaires. La surveillance de la gestation, celle de la mise bas, de l'allaitement, la conduite du sevrage, des notions précises de psychologie canine concernant les rapports mère-chiots et chiots-humain pendant la période de " socialisation ' des sujets, indispensable pour en faire des adultes équilibrés, nécessitent des connaissances que nous allons tenter de résumer.

Bien évidemment, nous nous bornerons à des notions générales de base, renvoyant pour de plus amples détails aux ouvrages techniques spécialisés qui sont encore, hélas, peu traduits dans notre langue.

De toutes façons, comme en beaucoup de domaines, il est préférable, si vous avez des doutes bien compréhensibles et qui honorent votre honnêteté intellectuelle, de faire appel aux conseils d'un spécialiste. La plupart des clubs ont désormais leurs conseillers d'élevage, connaissant parfaitement la race dont ils s'occupent, connaissant les lignées, leurs qua lités et leurs défauts, étant au courant des potentialités de traceurs " de certains reproducteurs. Ces conseillers vous guideront gracieusement, et bien mieux qu'un autre propriétaire peut-être tout aussi novice que vous, en dépit des apparences.

N'oubliez pas que ce sont 7, 8 ou 10 chiots dont vous allez prendre .la responsabilité, pour le bien ou le mal de la race à laquelle vous êtes attaché, pour la satisfaction ou la déception future de leur maître.

Si vous êtes propriétaire d'un mâle dont on réclame les services, sachez résister à la tentation d'amour-propre si vous estimez que ce chien ne convient pas à la chienne, si les divers jugements qui ont été portés sur lui s'accordent à lui reconnaître des défauts importants, en un mot, si vous ne le choisiriez pas vous-même pour faire saillir votre chienne.